• Engagements, combats, violences faites aux femmes, liberté d'expression
  • Enseignement de l'allemand, cuture allemande, franco-allemand
  • Devoir de mémoire, transmission de la Shoah, lutte contre l'antisémitisme
  • Culture, ouverture, région, Midi-Pyrénées, Gascogne, Toulouse
  • Journalisme

Contact

Situation professionnelle

Porteuse de projet
Ouverte aux opportunités

Présentation


Pour me joindre

Vous êtes patron de presse, directeur de la rédaction, rédacteur en chef, éditeur, ce blog vous a plu et vous souhaitez me proposer une collaboration. Envoyez-moi un courriel : sabiineaussenac(*)yahoo. fr Pas sérieux s'abstenir.
****************************************

Le bonheur est dans le pré, et dans le multi médias! J'ai envie de dire le monde depuis ma Gascogne: nature et culture, engagements, combats, idées, partages...Tous pour un, une pour tout!!!

Depuis un an, ma plume et mes curiosités s'orientent autour de quatre axes principaux, quatre grandes thématiques:

** La lutte contre les violences faites aux femmes
** La transmission de la mémoire de la Shoah
** L'engagement dans ma discipline, l'enseignement de l'allemand, en grande difficulté
** L'ouverture culturelle en région

Bien entendu, des dizaines d'autres thèmes titillent ma recherche et mes engagements, que ce soit au niveau des difficultés rencontrées par les usagers du TER en Midi-Pyrénées, dans l'inquiétude par rapport à la situation à Fukushima ou dans ma vision de la dernière campagne présidentielle américaine...

http://www.huffingtonpost.fr/sabine-aussenac/magazine-impossible-michel-butel_b_1455130.html

"...Ce qui était écrit là, c'est exactement ce que je ressens à chaque mot que je couche sur le papier, ou, plus souvent encore, tant que quelque éditeur clairvoyant n'aura pas entendu mes balbutiements, sur l'écran de cette presse "participative" dans laquelle je me faufile de la pointe de ma souris, ou sur mes "réseaux sociaux"...Dire le monde, VOUS dire le monde, notre monde, être le monde..."

Se prétendre "journaliste", ce n'est pas simplement une lubie de vieille prof de province, une prof qui serait aigrie de n'avoir pas fait les études dont elle rêvait.

Non, c'est bien plus profond que cela...J'avais une dizaine d'années quand j'ai découvert Kim, brûlée par le napalm sur cette route du Vietnam, et mes fantasmes d'adolescente consistaient à m'imaginer en reporter de guerre...Je me faisais des listes de ce que j'emporterais dans ma jeep...

À peu près au même âge, passionnée de cinéma, je rêvais à ce jour où l'on inventerait des films à voir à la maison, sur un écran géant...

Un peu avant, déjà, j'avais écrit dans une de mes premières rédactions que je deviendrais écrivain, comme Andersen...

Et la vie est arrivée, brutale et merveilleuse, sublime et déchirante. Les rêves et les mots ont laissé place au réel.

Puis un jour, au milieu de mes déserts, cette même vie m'a offert un ordinateur, un clavier et internet. Je me trouvais réellement au creux de la vague, engluée dans une situation sociale extrême, en sidération de vie.

Exister à nouveau, exister malgré tout, survivre grâce à ce nouveau rapport aux mots et au monde: voilà ce que le "journalisme participatif" m'a apporté.

L'écriture ne m'a plus quittée, poèmes, romans, théâtre...Mais l'expression des idées, et surtout leur partage, grâce aux nouvelles technologies, aux réseaux sociaux, aux blogs, aux sites d'information où, peu à peu, j'ai fait ma place, de mes "Une" du "Post" au "Pariser" ou au "Huffington Post", en passant par le courrier des lecteurs du Monde, cette nouvelle forme de l'agora du multi médias, a participé à ma renaissance.

Alors bien sûr, je suis loin de Paris et de ses ors culturels. D'aucuns vous diront que dans ma Gascogne, la vie s'est arrêtée à l'époque de notre bon roi Henri...Mais justement, ce recul médiatique permet une autre vision du monde, un regard différent. Et l'enfermement social, lui aussi, ouvre les portes d'une boulimie intellectuelle et médiatique: durant ces années noires, j'ai mangé au Secours Populaire malgré mon salaire, mais j'ai aussi tenté l'ENA et l'ENM...Vivre. Encore et toujours.

http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/02/06/1927085_huis-clos-sur-le-net-liberte-eglaite-fraternite-tiwittez.html

"Et l’idée de Facebook comme un Big Brother menaçant, objet des déviances de nos dirigeants qui nous « fliqueraient » via ces nouveaux réseaux me fait sourire. Tout comme je trouve ridicules les empêcheurs de twitter en rond. Car nos mots sont en marche, surtout lorsque, comme moi, l’on se retrouve engluée dans un huis clos social particulièrement mortifère, puisque je suis prisonnière à la fois d’un accident juridique et d’une terre où le rugby est roi : ma seule véritable liberté demeure celle de la libre-expression. Grâce à internet, je peux lire le monde ; grâce aux réseaux sociaux et, par extension, à de nouveaux médias, du fin fond de mes prisons, je peux DIRE le monde.

Cette expérience fera date, j’en suis certaine, car la presse et les médias arrivent aujourd’hui à une nouvelle période de leur histoire, aussi passionnante que celle des gazettes ou que celle du télégraphe. L’information est à nouveau en marche, libérée du ronron des dépêches AFP et du rythme de croisière des rédactions. Le petit peuple a repris le pouvoir en réclamant du pain sur des médias tels que « Le Post » ou « Rue 89 », la Bastille du 20 heures est tombée, et chaque twitt ou page Facebook peut devenir un Arbre de la Liberté. Alors bien sûr, méfions-nous des Danton et autres Robespierre, évitons les guillotines, mais courons au Varennes de Facebook :

Liberté, égalité, fraternité : twittez !"

Compétences

Expériences

Journaliste presse écrite nationale

Huffington Post
Janvier 2012 à janvier 2013

Journaliste presse écrite locale

Madepeche.com/ Sudouest.com
Octobre 2008 à janvier 2013

Blogueuse

Freelance
Février 2008 à janvier 2013

Occupy the web!

Facebook, Twitter, Xing...
Depuis février 2008

Loisirs

  • http://www.huffingtonpost.fr/sabine-aussenac/la-robe-verte_b_1739666.html
  • http://www.huffingtonpost.fr/sabine-aussenac/magazine-impossible-michel-butel_b_1455130.html
  • http://www.huffingtonpost.fr/sabine-aussenac/le-kindle-livres-madeleines_b_1294679.html
  • Ma nouvelle "Les Visiteurs du soir" lue sur un magnifique blog: http://mesyeuxvosoreilles.free.fr/099-visiteurs-SAussenac.html
  • http://www.huffingtonpost.fr/sabine-aussenac/mandela-day-aux-cesars_b_1300910.html
  • Yoga, Gi kong...
  • Parapente -non, je plaisante: je ne prends même pas l'escalator qui descend!

Portfolios

Formations

En fait, j'ai des radios partout. Avec une savante gymnastique des ondes, jonglant entre France Info, quasiment en boucle dans ma cuisine, Gascogne FM, dans la salle de bains, France Culture, au salon (pour assortir à Télérama, négligeamment posé sur un fauteuil, au cas où un bel homme de gauche croiserait ma route...)

J'ai même une radio à piles, c'est mon fils qui a insisté, il a appris à l'école qu'en cas de catastrophe naturelle ou de guerre, c'est bien.

Bon, en fait, je triche; souvent, pour faire la vaisselle, je mets Virgin, c'est plus dansant que Bernard Thomasson -Bernard, si vous me lisez, je vous embrasse-, voire même, si je suis en arrêt maladie, "L'amour la vie etc", pour me faire des sensations en pleine journée...

Mais la plupart du temps, sans rire, je suis une dingue de France Info, depuis le début, une afficionada, capable d'écouter dix fois le même flash, voire même les commentaires sportifs...

http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/06/12/2110653_le-jour-ou-j-ai-quitte-france-info.html

"J’avais un peu plus de vingt ans.
J’étais à Toulouse, dans l’appartement de ma sœur et de son copain, et nous prenions le petit déjeuner.
C’est le premier souvenir concret, réfléchi, que j’ai de France Info. Alain, qui faisait des études de droit, m’a longuement expliqué les avantages de cette radio innovante, américanisée, qui allait nous permettre d’être informés de tout, en permanence.

Dans un monde dépourvu de Twitts et de tchatts, dans ce monde lisse où il fallait encore mettre des pièces dans un appareil pour appeler nos parents le dimanche, et un timbre sur une enveloppe pour donner de nos nouvelles à nos grands-parents, dans un monde dont on suivait le cours en lisant les journaux, ce nouveau fil des « flash infos » toutes les heures, assurément, c’était de la Bombe.

Bien sûr, il y avait la valise RTL, et le Téléphone Sonne, et le hit-parade d’RMC, et le Téléphone Rouge sur Europe, tous ces moments où, entre plaisir et information, les auditeurs, déjà, avaient la parole, et une emprise directe sur le monde.

Mais là, c’était novateur. Minute après minute, le monde venait à nous. A n’importe quelle heure du jour et de la nuit, en se servant le café où en terminant la vaisselle du soir, nous étions, déjà « connectés », et de façon presqu’incarnée, sans l’image, certes, mais par les voix de ces journalistes qui finirent, au fil des ans, par devenir partie intégrante de notre quotidien.

Je suis sans doute une femme Barbara Gould, mais je suis avant tout une femme France Info.

J’ai grandi avec cette radio, je suis devenue épouse-deux fois-, mère, j’ai étudié, travaillé, déménagé, divorcé, voyagé…Il y a eu la Chute du Mur de Berlin, et je pleurais à chaudes larmes puisque, enceinte et clouée chez moi, nantie d’un époux communiste, hostile à la fois à la chute de l’Empire soviétique et à l’obtention d’un poste de télévision, je ne pouvais que suivre cet événement depuis ma chambre ; métisse rhénano tarnaise, allemande de cœur, je vibrais, moi aussi grâce aux récits à chaud des correspondants, et j’ai presqu’eu ainsi l’impression de casser un petit bout du mur.

Oui, la radio, c’est un peu l’imagination au pouvoir…"



Plonger dans le net!

Mon ordi!
Octobre 2003 à janvier 2013

Au début, je ne savais même pas reculer sur un texte sans appuyer touche après touche...Et puis bien que mon niveau d'habileté technologique soit cantonné à l'utilisation d'un toaster, je m'y suis mise...

Grisant. Je trouve internet grisant, comme ces nouvelles technologies qui me permettent, du fin fond de ma Gascogne, de rencontrer l'Ami américain, de fréquenter les Pussy Riots ou de retrouver mes camarades de CM1...

Que ce soit sur les sites d'information où, très vite, ma propre plume a pris corps - comme en témogne ce texte de 2010, écrit après la tempête:
http://plus.lefigaro.fr/note/ouest-side-story-ma-vendee-20100305-149353, ou cet autre, plus récent, où je parle de la division de la Belgique:
http://www.huffingtonpost.fr/sabine-aussenac/bruxelles-belgique-division-flamand-wallon_b_1966015.html-, ou sur les "réseaux sociaux", ce nouveau PARTAGE du monde, quelles que soient nos richesses, me ravit encore et toujours...

Toute ma vie, j'avais attendu Facebook...
Je me souviens de ma sinistrose clermontoise, lorsque j'allais même jusqu'à feuilleter le bottin pour y dénicher, que sais-je, un nom qui aurait eu une consonnance allemande, ou américaine...Toujours, mes univers m'avaient semblé étriqués, même au mileiu des vastes étendues d'Auvergne..Certes, oui, je l'évoque au sujet de la presse, l'écrit était là. Mais toutes ces lectures (voire même écritures, même si je n'écrivais que d'indigestes dissertations de concours immanquablement ratés...) étaient unilatérales.

Sans échange réel.

Avec les réseaux sociaux, (d'abord abordés par le prisme de la litérature, lorsque je me mis à écrire " des milliers de poèmes" sur le site où je découvris ce partage des sens, oasisdesartistes:
http://www.oasisdesartistes.com/modules/newbbex/viewtopic.php?viewmode=flat&;topic_id=95467&forum=2, - j'y ai été "rosam":
http://www.oasisdesartistes.com/modules/newbbex/viewtopic.php?topic_id=57595&;forum=2, puis "Scarlett":
http://www.oasisdesartistes.com/modules/newbbex/viewtopic.php?topic_id=69112&;forum=2, avant de devenir Louandrea, et de signer mes textes de mon véritable nom:
http://www.oasisdesartistes.com/modules/newbbex/viewtopic.php?topic_id=155996&;forum=2...), et donc surtout avec Facebook, le monde des mots est devenu, pour moi, cet incessant partage.

Pouvoir à la fois commenter l'actualité à chaud et en temps réel, écrire et "poster" des "articles" -car Facebook fait de chacun de ses membres un journaliste en ligne...-, partager des émotions, des idées, non seulement avec ses "amis FB", mais avec un nombre infini de personnes, si l'on met les statuts et autres partages en mode "public", me paraît être une formidable passerelle vers un monde neuf, quoiqu'en pensent les contempteurs de cette plate-forme...
Un de mes textes récents, "Le Grand Pardon", consacré au coming out de Lance Armstrong et à mes interrogations sur les paradoxes de la société américaine, a pu ainsi être commenté en direct par des gens des quatre coins du globe...
https://www.facebook.com/?ref=logo#!/notes/sabine-aussenac/le-grand-pardon/10151457219723488

Ce n'est que récemment que je me suis "mise à Twitter", peut-être un peu moins à l'aise avec cette concision obligatoire, mais trouvant aussi formidable d'être soudain "followée" par des compositeurs de jazz ou par Monsieur le Président du Festival de Cannes, Monsieur Gilles Jacob!
https://twitter.com/followers

Mon statut de "blogueuse invitée" dans le Huffington Post a bien entendu été la consécration de ces découvertes! Pouvoir m'exprimer sur mes sujets de prédilection et recevoir en partage les opinions des lecteurs ressemble sans doute à ce que ressentent les écrivains allant à la rencontre de leurs lecteurs dans des Salons du Livre...Les mots, encore une fois, deviennent un précieux vecteur de communication, même dans la discorde.

La Parole permet la Paix.

Ou la colère, aussi, comme lorsque j'ai pu écrire mon désarroi après l'affaire Mehra:

http://www.huffingtonpost.fr/sabine-aussenac/myriam_1_b_1371928.html

Internet et nos échanges, comme l'ont démontré le Printemps Arabe ou au contraire les blocages commis par les dictatures, symbolisent bien ce monde nouveau, où les mots sont synonymes de LIBERTÉ, de liberté d'expression...

Dévorer la presse

Varié
Septembre 1966 à janvier 2013

Lire la presse, lire, tout simplement, depuis mon premier "Suzy sur la glace" et les" Perlimpinpin" offerts par ma grand-mère...
Aimer lire la presse, c'est dévorer, enfant et adolescente, les journaux spécialisés de l'époque, entre "Fripounet" et "Mademoiselle âge tendre", puis, adulte, ne jamais renoncer à ce plaisir infini des pages, pages glacées des magazines, pages trop douces des quotidiens, à ce plaisir infini de cette presse prise à bras le corps, entre quotidiens et mensuels, hebdos et abonnements...Un jour vinrent mes engagements allemands, "Emma", mon premier journal féministe, et, un peu plus tard, "Marie-Claire" et "Cosmo" -merci à mon ex belle-mère! Oui, je confirme, c'est bien dans Marie-Claire que j'ai lu mon premier reportage sur les femmes en burqas d'Afghanistan!
La liste est trop longue, ce serait presque le thème d'un roman...Du "Monde" lu à la plage (ou à l'étranger pour avoir l'air "française") à "Télé sept jours" que je découpais pour faire mes "Cahiers de cinéma" (désolée, on ne lisait pas Télérama, chez moi...), de "Elle" que dévorait ma cousine chérie, celle qui bronzait seins nus, à "Géo", sans oublier tous mes magazines allemands...Et puis la guerre que se font, parfois, le Fig Mag de mes parents et l'Obs de mes amis...

Le temps déborde...

PS: j'ai oublié l'été où, en vacances à "la ferme" chez mon tonton paysan, j'ai lu tant de romans photos -la seule lecture possible avec le calendrier Duquesnes Purina et le "Chasseur Français"- que j'en avais attrapé une conjonctivite...
On appelle ça l'école de la vie, non?
A défaut d'école de journalisme...

Préparation du concours de l'ENM

IEP
Octobre 2011 à juin 2012

Préparation du concours interne de l'ENA

IEP
Octobre 2008 à août 2009

Rose Ausländer, une poétesse juive en sursis d'espérance, texte à retrouver ici: http://www.sabineaussenac.com/cv/portfolios/document_rose-auslander-une-poetesse-juive-en-sursis-d-esperance/

Master

UTM, Toulouse
Octobre 1981 à juillet 1982


Maîtrise sur les mouvements alternatifs allemands, sous la direction de Jean Froidure.